Ana Laura Nascimento est arrivée dans le conte par les nuits de coupure d’électricité au nord-est brésilien. Les journées où l’électricité revenait, elle partait à l’université en Arts du spectacle à Recife, puis Lyon et Paris. Elle est allée voir si l’herbe du voisin était plus verte : en Argentine, avec les clowns Lila Monti, Marina Barbers et Gabriel Chamé.
En France, la formation professionnelle acteur-marionnettiste du Théâtre aux Mains nues, les clowns du Samovar, les mouvements au théâtre du mouvement. Mais aussi les Belges et les objets du Théâtre de cuisine.
Elle est finalement arrivée à La Maison du Conte en 2016, et y pose ses valises pour participer à l’Atelier à l’année, mais aussi à l’atelier Raconter aux tout-petits, sans oublier le collectif de conteuses : le LAC.

Aujourd’hui, elle travaille avec des compagnies, écoles et mairies en région parisienne. Le conte rentre dans sa pratique et infuse ses diverses expériences. Le métissage et le mélange des arts impulsent l’ensemble de ses travaux, et ce dès la toute petite enfance.