Mon travail de conteuse est nourri en permanence par la pratique du clown, du chant et du théâtre, le tout formant un ensemble artistique original propre à ma sensibilité.
Mes sujets de prédilection : le coquin, la vieillesse, la monstruosité, l’enfance.
J’aime troubler le spectateur et bousculer les conventions, surprendre et imaginer la représentation contée comme une technique artistique un peu plus complexe qu’il n’y paraît.

Selon moi le conte est une base formidable pour le travail du spectacle vivant, il est potentiellement ouvert à toutes les disciplines et s’enrichit au contact de n’importe quelle technique.
D’une certaine façon, il s’agit d’une matière vivante et ancestrale, participant au socle de notre humanité, et qui évolue en permanence à travers le temps et les sociétés.
Le chant ainsi que le jeu théâtral occupent une place centrale dans mes recherches. Ces pratiques me permettent de mettre en relief le récit, les silences… Se dévoilent alors les mélodies, les textures et les sonorités du conte.
L’écriture est intrinsèquement liée à mon exploration artistique : elle est sensitive et organique, j’écris par bribes, par touches. La poésie, la nouvelle et le conte se retrouvent, brouillant les pistes, mélangeant les styles et les genres.

Actuellement je travaille avec des circassiens, des musiciens, des clowns, des scénographes au sein de ma propre compagnie basée en Bretagne : l’audacieuse cie.