TÉMOIGNAGES DES LABORANTIN·ES

« Je crois que ce que j’aime c’est quand le formateur se place en position d’artiste, qu’il ouvre sa boite à outils. Il me semble que le trio était dans cette dynamique-là. »
Cécile

« C’était très précieux que chacun des formateurs soit si différent. Cela permettait d’aborder le travail par des angles variés. C’était très riche de confronter la même matière à cette multiplicité de regards. »
Ariane

« Je me suis découverte petit à petit, j’ai vu que j’avais un langage, des intuitions, de la sensibilité, un point de vue et que je pouvais travailler avec tout ça. »
Delphine

« J’ai découvert une façon de faire émerger les images en lien avec la disponibilité du corps et donc en lien avec quelque-chose de sensible de soi.
J’ai aimé voir et entendre d’autres mondes et découvrir des histoires étranges et loin de notre culture.
Le chemin parcouru m’a conforté dans l’idée que j’aimais ce métier. Je n’en doutais pas vraiment, mais cela m’a permis de sortir d’une routine artistique. »
Philippe

« Je recommande ! 5 étoiles sur Trip Advisor. »
Charles

« Je réclame que vous continuiez à offrir à des comédiennes, à des comédiens – cette espèce de raconteurs qui vit de l’autre côté de la frontière -, l’opportunité de visiter les coins et recoins de la Maison du Conte et de rencontrer ses habitants et des collègues de fouilles. C’est une grande chance de vivre ça et je la souhaite à d’autres. »
Elsa

« Je repars avec une manière différente de travailler les récits et plus de connaissance sur le conte traditionnel. Je repars avec des outils de jeu très concrets et des pistes de recherche d’écriture et de jeu, avec une envie de création, avec un collectif de personnes avec qui je partage le même langage en matière d’outils et avec des possibles en matière de soutien à la création via le réseau auquel appartient La Maison du Conte. »

Laure (Labo 6)

« Je repars avec une meilleure connaissance de l’art oratoire, une vision élargie de la possibilité de faire cohabiter différents endroits de paroles (récit de vie, contes, dialogues scénarisés, personnages), une langue plus affutée et le plein d’exercices. »

Mélodie (Labo 6)

« Je repars avec des histoires plein les oreilles et le cœur, et l’envie d’en découvrir encore.

Des outils pour plonger dans le répertoire, pour identifier les motifs (je sens que ça peut servir à nourrir tout projet de création, quel que soit la discipline, le style ou le matériau artistique).

L’envie de continuer à expérimenter avec le corps, avec la voix, avec l’espace et avec la musique.

Des partenaires de travail et de recherche, des envies de collaboration, de compagnonnage…

Un lieu et une équipe ressource. »

Caroline (Labo 6)

« La portée professionnelle la plus évidente est un sentiment de revitalisation, (…) chaque jour, je constate que des pistes de recherche et d’écriture se sont tracées ou précisées, que l’élan créatif est vivant, que tel exercice a infusé ma pratique, que les échanges (lectures, discussions, retours) avec mes collègues du labo sont actifs alors même que la formation est terminée.

En bref, je repars avec des désirs d’écritures, des outils d’exploration et des complices de recherche. Ensemble nous avons acquis et élargi un langage, des outils de travail, un répertoire d’exercice et de récits.

Enfin, je repars avec la force de la formidable énergie du groupe, de l’équipe pédagogique et de l’équipe encadrant la formation. »

Sylvie (Labo 6)

PRESSE

—Article La Scène – automne 2018

—Article La Terrasse – avril 2019