La Maison du Conte

La Maison du Conte – Villa Lipsi

La Maison du Conte 8, RUE ALBERT THURET
94550 CHEVILLY-LARUE


TÉL. +1-01 49 08 50 85 -

Lien Page Fest

Page Facebook

 

CHUNKY CHARCOAL

Accompagné d’un dessinateur et d’un musicien, le grand raconteur Sébastien Barrier revient dans la saison pour mieux nous perdre dans le labyrinthe pop et déjanté de ses pensées.
Devant une page blanche de neuf mètres par trois, sa poésie en prose convie, rassure, accueille. On passe du coq à l’âne, on bondit d’un lieu à l’autre. À travers ce flot ininterrompu, on cherche des fils, on se raconte une histoire. À chacun la sienne.

Les jeux graphiques répondent aux riffs de guitare et la verve de ce tchatcheur intarissable donne le rythme à cette performance subversive.

Un spectacle comme un dédale vertigineux et ludique, dans laquelle pourtant on ne s’égare jamais. Car Sébastien Barrier retombe toujours sur ses pattes, à l’image de son merveilleux chat Wee Wee, qui est le héros bienheureux et libre de son spectacle.
Le Monde

 

SAVOIR ENFIN QUI NOUS BUVONS

Le barré Sébastien Barrier est un raconteur exceptionnel. Entre dégustation éclairée et prêche de bistrotier, il nous propose un spectacle-fleuve mémorable, à la découverte du vin bio et de ceux qui le fabriquent.
À travers sept cuvées du Val de Loire, il sublime des millésimes naturels élaborés dans le respect de la terre et de l’humain et rend un hommage touchant aux vignerons(nes), ces artisans généreux, à la fois militants, passionnés, philosophes et paysans.

Pourfendant l’uniformité du goût, cet apôtre de Dionysos nous fait goûter à l’étrange plaisir de l’ivresse verbale.

 Avec Savoir enfin qui nous buvons, ce comédien d’exception se livre à un marathon en forme de fresque humaniste arrosée au vin naturel. Tournée générale.
Libération

 

Ali 74

Ali / Foreman – 1974. Un combat de boxe sûrement, mais bien plus encore : un mythe, une épopée, le sacre d’une légende contemporaine. Nicolas Bonneau libère le héros avec l’énergie des harangueurs de foules.

Dans l’étouffante moiteur de Kinshasa, Cassius Clay, alias Mohamed Ali, s’impose dans un match homérique face à George Foreman, le boxeur le plus prometteur de sa génération. Nicolas Bonneau se saisit de ce moment historique. En se penchant sur la légende de ce sportif, Don Quichotte de la cause noire, le conteur nous replonge dans l’histoire de la société américaine des années 60 et 70.
Il explore la portée symbolique de ce combat, ou comment le stade devient arène politique.

 

LE JOUR OÙ MA MÈRE A RENCONTRÉ JOHN WAYNE

Après Cité Babel et Un jour j’irai à Vancouver, le conteur Rachid Bouali est de retour à Chevilly-Larue pour partager son regard tendre et engagé sur le quotidien des mères, mamans, mamas, mères célibataires et mères courage…

Rachid Bouali n’a jamais compris comment sa mère parvenait à tout mener de front. Avait-il, lui, la chance d’être le fils d’une wonder maman ? En fait, ce n’était pas si différent chez les autres. Que voulez-vous ? Les mères sont extras !
Rachid Bouali excelle dans l’art de dépeindre notre vie de tous les jours : avec lui, l’ordinaire devient épique. Les mères, héroïnes de cette création, leur progéniture, les pères, les amis, les voisins forment une galerie de personnages attachants embarqués dans un même tourbillon.
Un spectacle qui ne manquera pas de faire jaser dans les chaumières. Des révolutions se préparent…

Petites formes de Rachid Bouali : 2 représentations jeudi 4 avril au Collège et à l’espace jeune de Chevilly-Larue.

 

MILDIOU, L’ENFANT DU CHAMP DE PATATES

Deux frères, un père, une mère, de quoi alimenter les colères, les déceptions et les jalousies. Avec délicatesse et talent, la parole de Gérard Potier débrouille ces liens qui unissent et divisent une fratrie.

Le grand frère, c’est Mildiou. Conçu dans un champ de patate et fripé comme une veille pomme de terre, son père l’a affublé d’un prénom impossible.
Malheureux Mildiou qui trouve qu’on ne lui passe rien et qu’au fond, il compte pour du beurre. Alors, un jour de gros chagrin, il espère en secret que son plus jeune frère meure, enfin un petit peu…
Pour raconter le mal-être de ce petit garçon, Gérard Potier nous installe d’abord dans le cercle d’une famille ordinaire. Puis le verbe se fait magique, le geste poétique et l’histoire s’envole du côté du rêve, à la recherche d’un drôle d’endroit profondément enfoui en chacun de nous, là où tout a commencé, juste avant la naissance.

 

AU BORD DE LA MARE

Cécile Delhommeau, la gracieuse et la sensuelle, la roublarde et la drôlesse, remue la vase, farfouille dans la mémoire universelle de nos petites vies, bien décidée à faire remonter à la surface les secrets des héros d’une vie. Et ça n’est pas facile…

C’est au bord de la mare que Mado emmène sa petite fille de 12 ans, Eloïse.
C’est aussi au bord de la mare que l’auteur convie le public. Une mare, ça a l’air de rien, juste un trou d’eau dans le fond du jardin… A moins que, cela soit plus que ça, un lieu en marge, profond, étrange.
Derrière ces buissons et dans le silence des ailes de coléoptères, la mare abrite d’intrépides amphibiens, des dragons quasi pré-historiques, une noyée, des jeux d’enfants, des rencontres d’adultes, un pneu…
Elle devient aussi, par le biais d’une transmission de grand-mère à petite fille, l’endroit pour accueillir une transformation : le passage de fille à femme.

 

7

Pour sa nouvelle création, Pépito Matéo poursuit son chemin dans la forêt de l’imaginaire contemporain : il plonge son écriture dans l’encre des fous littéraires et des poètes révoltés en tout genre, redonnant la parole aux estropiés de la vie.

Cela le conduit tout droit vers la fabrication de 7 monologues-récits, avec 7 personnages hauts en couleurs.
Notre fou conteur s’impose alors une règle du jeu : 7 parti-pris d’écriture, 7 thématiques symboliques, autant de personnages (tous bien frappés), et surtout, 7 « metteurs en jeu » qui s’emparent chacun d’un monologue et le portent au plateau. 7 regards différents pour aller voir ailleurs s’il n’y est pas un peu. Tout ça pour un seul « je », en l’occurrence lui.
Un jeu en 7 familles, avec un conteur délirant qui revendique haut et fort le pas de côté. Une utopie d’inventer.

 

PREMIERS VOYAGES

Le breton, le québécois, le réunionnais : trois conteurs, trois mondes, trois paroles pour faire bouger les frontières et nous livrer en toute sincérité un carnet de voyage sensible, rare et inattendu.

Au départ, il y a un projet de spectacle sur la francophonie qui patine. Les trois hommes partagent cette expérience en direct. Ils sont face à face. Attablés. La table de l’échange et de l’écriture collective.
Un voyage d’un an avec des pauses, que les trois hommes vont nous raconter à trois voix.
Les visions s’entrechoquent. Les caractères s’affirment. Dans ce ménage à trois au carrefour du monde, c’est la rencontre des ego, mais aussi le choc des cultures, des langues et des horizons. Alors, quoi ? Se quitter ou apprendre à connaître l’autre et à dépasser les clichés ?
Un récit salutaire en ces temps de recroquevillement géographique !