La Maison du Conte

La Maison du Conte – Villa Lipsi

La Maison du Conte 8, RUE ALBERT THURET
94550 CHEVILLY-LARUE


TÉL. +1-01 49 08 50 85 -

Lien Page Fest

Page Facebook

 

LA MAISON EN FÊTE

Une journée en compagnie de l’ensemble des amateurs ayant participé aux différents ateliers de l’année : racontées pour les tout-petits, scènes ouvertes et autres surprises viendront clôturer la saison et fêter l’arrivée de l’été.

Le programme vous sera dévoilé dans le courant de l’année.

 

LE MANGER POUR CŒUR

Conférence racontée – repas

À quoi ça sert de raconter des histoires ?
Le poétique n’est-il qu’évasion du réel ou offre-t-il à celui qui parle une place pour être au monde ?
Peut-on témoigner avec un conte ?

Pour répondre à ces questions, Gigi Bigot partagera sa recherche sur la parole symbolique : son pouvoir et sa cohabitation avec le langage rationnel.
Une rencontre autour de son parcours de conteuse et de son travail au sein du mouvement ATD Quart Monde. Une formule complète « mots et mets à la bouche » pour tous ceux qui pensent qu’on peut vivre les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

NB : « Le manger pour cœur », expression réunionnaise pour désigner le conte.

 

HISTOIRES PROVISOIRES #2

Les histoires provisoires reviennent !
Tout est possible dans cette mise en relation d’un travail en cours avec le public. En suspension entre deux rives, chacun participe de son écoute active.
Des langues qui claquent, clament et slament pour revenir à la source poétique de la parole et raconter le monde.

Où commence l’écriture du réel ? Où s’arrête celle de la fiction ? La langue est-elle une arme poétique ? Autant de questions qu’Annabelle Sergent, accompagnée à l’écriture par Magali Mougel, porte dans Pamphlet-Poème (titre provisoire), récit d’une reporter de guerre, où l’on part en quête de ce qui pousse une femme occidentale à parcourir
le bord du monde.

Ariane Pawin a relevé le défi de nous plonger dans l’univers de L’Homme qui rit de Victor Hugo avec comme seule arme la présence vivante et intime de la conteuse. De la langue du poète elle a gardé la force des images, la rudesse des sensations, la vigueur des mots, et c’est sa parole brute qui nous conduit dans la lande enneigée…

Dans Facteur Chance (titre provisoire), la conteuse québécoise Arleen Thibault puise dans son folklore familial et s’inspire du personnage de son père livreur de lait. Heureux mélange entre le « merveilleux » des vieux contes et la poésie du quotidien, ce récit en chantier s’intéresse au rôle du facteur chance dans le déroulement d’un destin.

 

IL NE FAUT PAS DÉRANGER LES ANGES

On entre dans ce spectacle comme on entre dans un rêve. Sans se précipiter. En chuchotant.
La conteuse agenouillée sur un immense tapis de plumes blanches, berce un petit lit au rythme d’une chanson et fait voler des papiers porteurs de secrets.

Dans ce spectacle tout en douceur, Cécile Bergame offre aux tout-petits les clés pour braver l’inquiétude qui sonne à l’heure du coucher. Elle invite les enfants à remplir leur sommeil de joyeuses images et de merveilleux songes.

 

TANUKI ET KITSUNÉ, UNE HISTOIRE FRANÇAISE

Nourri des animés japonais, des sons synthétiques des années 90 et  films de guerre de son enfance, le conteur Fred Duvaud, piano-guitare en bandoulière, vous embarque dans ses expéditions de recherche.
Il dévoile au gré des correspondances entre sa grand-mère et son grand-père une histoire d’amour rythmée par l’absence et une histoire franco-indochinoise méconnue.

* Ce spectacle est accueilli en Classe conte : une journée en immersion à La Maison du Conte pour une classe, avec spectacle et des ateliers avec l’artiste et l’équipe.

 

POUR LA VIE

Pour la dernière année des commémorations de la guerre 14/18, la Ville de Chevilly-Larue nous invite à entrer dans l’intimité de la grande guerre et le Conseil départemental du Val-de-Marne associe le spectacle à une réflexion sur la culture de la paix.

« De cette bataille et de cette gigantesque catastrophe que fut 14/18, il reste aujourd’hui dans les mémoires familiales les photos d’un arrière-grand-père en uniforme, la plaque d’identité, le récit d’enfance d’une grand-mère… et des lettres  ! Ces objets et ces écrits sont de véritables archives sentimentales et un siècle plus tard, ce qui persiste avec le plus de force, c’est la part intime de ces hommes et de ces femmes. Autrement dit, l’essentiel, ce qui nous secoue le cœur et l’âme même après une centaine d’années. »
Jacques Combe

 

LE VAGABOND CÉLESTE

Simon Gauthier se glisse dans les pas d’un écrivain voyageur et prend la tangente en compagnie d’un homme aux semelles de vent.

De sa rencontre avec un libre rêveur qui décide d’aller jusqu’au bout de son rêve, Simon Gauthier imagine une histoire.
Celle d’un personnage improbable et pourtant bien réel qui, un jour, alors qu’il connaît le succès matériel, se dépossède de tout afin que plus rien ne le possède.
Libéré, il entre dès lors dans le monde absolu, jamais plus en retard, jamais plus à l’avance.
Avec pour tout bagage, bottes, manteau, chapeau, guitare en bandoulière, charisme incontestable et 58 années au compteur, c’est à pied qu’il part sur les routes pour ré-enchanter le monde.

 

LES P’TITES BÊTES

Les p’tites bêtes, y’en a des très grandes et des toutes petites, si petites qu’on ne les voit même pas…
Y’en a des velues, des poilues et des qui piquent pour de bon !

Aux côtés des plus petits et pour le bonheur des adultes, la conteuse créé des images et cherche à ouvrir grand nos yeux pour nous émerveiller.
Accompagnée par Arthur Maréchal et sa guitare, elle titille les sensations au travers des péripéties de ces p’tites bêtes qui nous dérangent.
En rimes et en deux temps trois mouvements, Christèle stimule l’imaginaire du vivant.

 

Le retour des rois d’Iran

Remonter le cours d’un voyage en Iran, rencontrer les rois perses… et se retrouver dans le petit théâtre du conteur-voyageur, à savourer un récit pimenté d’éclats sonores, visuels et poétiques.

« Je pars en Iran. On m’offre Le livre des rois de Ferdowski, une oeuvre fondatrice de l’identité et de la langue perse. Je l’avoue, je suis parti sans en lire une seule page. À mon retour, on m’a proposé de raconter mon voyage, mon histoire, à partir de mon journal de bord. C’est à ce moment-là que j’ai lu Le livre des rois. C’était comme une évidence. Pour raconter ma petite histoire, j’avais une grande Histoire : l’épopée nationale iranienne. Ça commence comme ça : je vous invite en Perse Antique pour découvrir l’Iran d’aujourd’hui. » Olivier Villanove

La Maison du Conte
8 rue Albert Thuret
94550 Chevilly-Larue
Pour vous y rendre

 

Robinson TTC

Plongé dans le très classique Robinson Crusoé, Nidal Qannari nous invite au voyage : de l’île déserte au supermarché, du conte au théâtre d’objet, le télescopage garantit de belles étincelles.

Qui ne connaît pas cette histoire ? Robinson, le naufragé, débarque seul sur une île déserte et, pour assurer sa survie, développe des trésors d’ingéniosité. L’arrivée d’un autre – Vendredi – transforme le jeune homme et lui fait découvrir la joie de vivre en société. À sa manière, Nidal Qannari invente une nouvelle version : il installe son récit dans un petit théâtre de consommables. Alors, les mots et les objets produisent une électricité poétique : de la magie du supermarché au paradis de l’île perdue, les solitudes finissent par se confondre.

Pour les scolaires
Classe Conte | 29, 31 mars et 1er avril
à la médiathèque de Chevilly-Larue

Le Samedi qui Conte quésako ?
C’est un samedi particulier à Chevilly-Larue, l’occasion de faire le plein d’histoires et prendre le large en compagnie d’artistes inventifs et talentueux.
Télécharger le programme

À découvrir également le 2 avril :
– Paradoxal

Médiathèque de Chevilly-Larue
25 Avenue du Président Franklin Roosevelt
94550 Chevilly-Larue
Pour vous y rendre